LES COLLECTIFS UNIS

ICONE DU SITE
ICONE DU SITE

A CLASSER

Appel à Témoignages de soignants Réintégrés (ou pas!)

Appel à Témoignages de Soignants rétintégrés (ou pas!) URGENT Pour liberer la verite et le devoir de memoire ! Le témoignage c’est l’information Factuelle #TemoignagesdeReintegration #MaltraitanceMai2023 #Decret14Mai23          Nous sommes en cherche active et urgente de témoignages de personnes concernées par la réintégration ( suspension temporaire de suspension) annoncée en Mai 2023.        Vous pouvez nous transmettre vos témoignages par mail : Collectifsunis.stop0508@gmail.com ou via le formulaire contact du site!        Il faudra nous fournir vos coordonnées postales et téléphoniques pour communiquer sur l’avancée du projet.       Dans ce témoignage, vous y raconterez au mieux votre vécu, votre ressenti lors de l’annonce de réintégration ou non. C’est tout à fait libre, le seul principe étant de relater votre vécu et ce qu’il en est pour vous maintenant.     Nous vous remercions vivement pour votre lutte jusqu’ici et la force dont vous faites preuve depuis plus de 3 ans. Bravo. N’oubliez jamais de prendre soin de vous d’abord. Avec unité et Lumière pour la vérité.                             Elsa  Porte-Voix des Collectifs Unis et Unis 2607 Auteure de « Paroles de soignants suspendus »                    Stéphanie   Les Indispendues « En marche ou crève »   Tenez-vous informé de nos publications inscrivez-vous à notre newsletter INSCRIPTION Votre inscription est enregistrée Oups! un problème est survenu Pécédent

Des soignants suspendus se sont suicidés

Elsa Ruillère- « Des soignants suspendusse sont suicidés » France Soir pASSAGE DU 20/02/23 Les cagnottes L’entretien essenciel / France Soir « Nous sommes privés de salaire depuis 520 jours », a déclaré dans cet Entretien essentiel, Elsa Ruillère, la coordinatrice des « collectifs unis » Tenez-vous informé de nos publications inscrivez-vous à notre newsletter INSCRIPTION Votre inscription est enregistrée Oups! un problème est survenu Laisser un commentaire Annuler la réponse Connecté en tant que Petit grain de sable. Déconnexion ? Les champs obligatoires sont indiqués avec * Message* Pécédent

Edito

Encore un « MOISIVERSAIRE » STOP La Maltraitance 426 ème JOUR – PRECARITE PROVOQUEE! Quand cette mascarade ignoble s’arrêtera-t-elle? Aujourd’hui, 426 ème jour de punition, d’expulsion, de précarité provoquée par un gourvernement sous PRETEXTE de gérer d’abord une Crise Sanitaire, qualifiée de « Guerre », puis désormais une « VIGILANCE SANITAIRE ». Pourtant, dans le même temps:  UNE SEULE PARTIE DE LA POPULATION Reste obligée de s’injecter un produit pour protéger tout le monde, alors qu’il n’a pas l’effet escompté! DES MILLIERS DE DOSES SONT JETEES, Car PERIMEES! Dans d’autres pays d’EUROPE et HORS UE, les « Soignants » sont réintégrés! ICI, En France, il est question de REINTEGRER SOUS CONDITIONS! Mais non!!! STOP!!!! Stop la MALTRAITANCE, Stop les ABANDONS DE SOIN causés par une insuffisance gouvernementale!!!! 426 jours de : Violences verbales contre les N… V…., insultes, dénigrement, harcèlement… Maltraitance aux yeux de tous ! Patients non soignés en NETTE AUGMENTATION Demande de DEBATS PUBLICS afin de respecter la Démocratie Rappel de « Faits Connus » pour justifier nos refus Boules au ventre à savoir si nous souhaitons ou non y retourner Déprime à l’idée de retourner travailler si on est malade mais pour seulement quelques mois SILENCE DES MEDIAS payés par NOS REDEVANCES ! Nous demandons l’ ABROGATION de CETTE OBLIGATION au même titre que l’ABROGATION du Régime d’exception : « Crise Sanitaire » NOUS EXIGEONS LA REINTEGRATION SANS CONDITIONS, accompagnée DU PAIEMENT des PREJUDICES !! Les cagnottes

Témoignage d’une infirmière

Témoignage d’une infirmière Gard 30 Mission Flash…Toujours suspendus! infirmière Gard 30 Les cagnottes Série témoignage 42 Suite à la conférence de presse du 11 juillet.  « Le vaccin est pour l’instant une expérience dont je n’ai pas envie de faire partie… » « On nous fait passer pour des hors la loi… » « Aujourd’hui il faut se reconstruire, et c’est difficile… »

Continuer à travailler…

Continuer à travailler… Place aux artistes …Quoi qu’il en coûte…! Dessin par Kréatura Tenez-vous informé de nos publications inscrivez-vous à notre newsletter INSCRIPTION Votre inscription est enregistrée Oups! un problème est survenu Laisser un commentaire Annuler la réponse Connecté en tant que Petit grain de sable. Déconnexion ? Les champs obligatoires sont indiqués avec * Message* Pécédent

Témoignage d’un médecin

Témoignage d’un médecin urgentiste Quelque part en France  aujourd’hui!–Conférence de Presse -11 JUILLET – 15h – Paris  Médecin urgentiste Quelque part en France Cagnotte de soutien pour les frais de déplacement conférence de presse Série témoignage #10 J0. J0 Conférence de presse. Ce médecin parle des traitements possibles. Tous les témoignages seront déposés sur la page « Témoignages Soignants » après le 11 juillet, déjà 51 à voir ou revoir car toujours d’actalité.

Covid-19 : Les effets secondaires camouflés

Covid-19 : Les effets secondaires camouflés article de Info du jour « Pourquoi l’Office parlementaire qui enquête sur les effets secondaires des vaccins Covid ne rend-il pas publics tous ses débats ? »  Covid-19 : Les effets secondaires camouflés 21 juin 2022 – 14:22 par Infodujour « Pourquoi l’Office parlementaire qui enquête sur les effets secondaires des vaccins Covid ne rend-il pas publics tous ses débats ? » Une tribune signée par plus de 850 professionnels de la recherche, de la santé et du droit. Laurent Mucchielli Par Laurent Mucchielli* Le 24 mai dernier, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) tenait une audition publique de clôture de ses travaux « sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 et le fonctionnement du système français de pharmacovigilance ». Et son rapport a été rendu public le 9 juin. Derrière l’apparente publicité des débats, l’Office a en réalité rendu invisibles certaines interventions portant sur les effets secondaires des vaccins contre le covid-19. Aucune explication Déjà, en n’auditionnant publiquement que trois « voix critiques » contre onze thuriféraires des vaccins, l’Office indiquait un certain parti pris dans l’organisation même de ses travaux, au cours desquels 9 personnes sur les 49 auditionnées proposaient une analyse différente du discours qui inonde les médias depuis le début de la vaccination de masse (« la vaccination est sans danger, elle protège les personnes vaccinées et protège aussi les autres, c’est sûr à 95%, etc. »). Mais surtout, alors même que son règlement l’autorisait à les rendre publics, l’Office a choisi de conduire ses travaux sous forme d’auditions privées, un format très contestable s’agissant d’une question majeure touchant à la santé de tous les Français. Ainsi, les auditions qui se sont déroulées de mars à mai 2022 ne seront jamais rendues publiques. Pourquoi ? Certaines auditions gêneraient-elles ? Le public ne serait-il pas en mesure de les entendre ? De les comprendre ? Aucune explication n’est fournie par l’Office. Des éléments particulièrement alarmants Trois personnes dont les auditions ont été ainsi rendues quasi secrètes (Mme Christine Cotton, biostatisticienne, Mme Emmanuelle Darles et M. Vincent Pavan, enseignants-chercheurs des universités de Poitiers et Marseille) ont pourtant demandé à pouvoir faire part de leurs travaux pendant l’audition publique du 24 mai dernier. Peine perdue. Bien qu’elles se soient rendues devant le Sénat, le jour même de l’audition, elles ont trouvé portes closes. La sommation interpellative qu’elles ont fait délivrer au président de l’Office, M. Cédric Villani, fera toutefois date et il ne sera plus possible aux membres de l’Office de prétendre « qu’ils ne savaient pas ».Pourtant, ce que ces personnes avaient à dire est essentiel pour l’information impartiale du public, sans laquelle on ne saurait parler de « consentement libre et éclairé » à la vaccination.Leurs travaux révèlent en effet des éléments particulièrement alarmants.Ils montrent d’abord d’importants problèmes méthodologiques dans les essais cliniques ayant conduit à l’Autorisation d’Urgence dès décembre 2020. Ainsi, les manquements et les biais de l’essai clinique de phase 3 du vaccin Pfizer rendent ses conclusions peu fiables du point de vue des bonnes pratiques cliniques, faussant l’évaluation du rapport bénéfice/risque. Environ 30.000 décès en Europe Ils notent ensuite une opacité des données publiques sur les vaccins qui ne sont ouvertes ni au public ni aux chercheurs, un fait inédit dans l’histoire de la pharmacovigilance française. En particulier, la méthode d’imputabilité des effets indésirables utilisée par les Centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) ne permet pas l’obtention de données complètes. Il convient, en outre, de garder à l’esprit que seuls entre 1% et 10% des effets indésirables sont usuellement déclarés dans les bases de données de pharmacovigilance.Enfin, des chiffres de mortalité alarmants ressortent des bases de données de pharmacovigilance européennes (EMA) qui font état, à ce jour, d’environ 30 000 décès en Europe pouvant être liés au vaccin. En outre, ces bases de données font état de 1 788% d’augmentation des troubles de cycles menstruels, 732% d’augmentation d’AVC et autant de cécité en quelques mois de vaccination que sur 30 années cumulées tous vaccins confondus, plus de 60% de ces effets indésirables graves survenant le jour même de la vaccination. Rendre les auditions publiques C’est pourquoi nous, universitaires, chercheurs, professionnels de la santé et professionnels du droit demandons solennellement à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques de rendre publiques l’ensemble des auditions effectuées pendant les travaux de l’Office sur « les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 et le fonctionnement du système français de pharmacovigilance », par vidéo et par retranscription écrite. C’est à la fois un droit et un devoir en démocratie que de mettre à disposition des citoyens et de leurs élus la totalité de l’information disponible, et non simplement la partie qui arrange le gouvernement. *Laurent Mucchielli, sociologue, est directeur de recherches au CNRS. Il est notamment l’auteur de « Violences et insécurité : fantasmes et réalités dans le débat français » à la Découverte, et de « La Doxa du Covid » aux éditions Éolienne.Cette tribune publiée dans le magazine Quatier Général est republiée ici avec l’aimable autorisation de l’auteur. Les 850 premiers signataires Laurent Mucchielli, Directeur de recherche au CNRSEmmanuelle Darles, Maître de conférences des universitésVincent Pavan, Maître de conférences des universitésChristian Velot, Généticien moléculaire, Université Paris-SaclayElise Carpentier, professeur de droit public à Aix-Marseille UniversitéHélène Bidaut-Palma, Maître de Conférences à Aix-Marseille UniversitéSandra Silvia Negro, PhD BiologieJean Soldini, PhD, HDR, philosophe et historien de l’artAlain Mahé, Maître de conférences à l’EHESS, ParisRené Guénon, Enseignant-chercheur, microbiologie environnementaleMichel de Lorgeril, Médecin et chercheur au CNRSGeneviève Massard-Guilbaud, Directrice d’études à l’EHESSEric Mercier, Professeur des Universités en planétologie et géodynamiqueMarc Henry, Professeur des Universités émériteRaoul Huys, chargé de recherche CNRSBoris Kolev, Directeur de recherche au CNRS, ENS Paris-SaclayFrançoise Bloch, Socio-anthropologue CNRS, retraitéeOlivier Albagli, Chargé de recherche au CNRSThomas Fernique, Chargé de recherche au CNRSClaude Roux, Directeur de recherche honoraire au CNRSCaroline Petit, Chercheuse au CNRSAurore Schmitt, Directrice de recherche, CNRSNicolas Sembel, Professeur des Universités (70) sociologie de l’éducationAndré Quaderi, Professeur des universités en psychologieArthur Balana, Ingénieur d’études, instrumentation physique, Université de BordeauxEvelyne Fargin, Professeur émérite Université de