LES COLLECTIFS UNIS

ICONE DU SITE
ICONE DU SITE

7 mois ...

dans le silence

même les syndicats sont devenus muets!

Dessin par KREATURA

Aujourd’hui, la population peut de nouveau « respirer » sans masque ni passe. Mais dans un silence abject,l’obligation  »vaccinale »  pour les soignants est maintenue.Depuis le 15 septembre 2021, les agents hospitaliers et les médicaux et paramédicaux libéraux, qui ont refusé de se soumettre à l’obligation « vaccinale », ont été suspendus sans salaire ou interdits d’exercer, sans possibilité de travailler ailleurs, sans indemnité chômage, sans RSA pour beaucoup, sans droit à formation, bref sans aucun revenu ni possibilité d’en avoir.
Pour rappel, le préambule de la Constitution de 1948 prévoit que « Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances ».
La loi dite Kouchner de 2002 parle du consentement libre et éclairé du patient face à un soin (et cette injection est un soin : « médicament »).
Nous vous invitons à prendre connaissance des articles 1, 2, 5, 10 et 16 de la convention d’Oviedo, ainsi quedes articles 1, 2, 5 et 7 du Code de Nuremberg (« Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel ;).
Rappelez-vous : au printemps 2020 lors de la 1 ère vague, nous sommes allés « au front », sans protection, sanssavoir à quoi nous faisions face, et avons pour cela été applaudis chaque soir, cités en exemple et remerciés le
14 Juillet sur les Champs-Elysées, pour ensuite être maltraités et humiliés par cette loi injuste.
Le gouvernement a reconnu officiellement que le « ;vaccin » n’empêche ni l’infection ni la contamination, et que les passes n’ont pas limité la propagation du virus.
Les contaminations de soignants vaccinés restent très importantes, et même positifs, symptomatiques et contaminants, ils sont bien souvent contraints de prendre leur poste auprès des patients, alors que nous, non vaccinés négatifs, sommes suspendus et interdits de travailler.
Nous ne sommes pas des « anti-vax » comme on essaie de le faire croire. Les soignants ont une culture médicale, ils ont reçu toutes les vaccinations nécessaires à l’exercice de leurs fonctions, parce que ces vaccins étaient sûrs, sans effets secondaires graves pour la plupart (exception faite du vaccin contre l’hépatite B).
Mais dans le cas présent, nous parlons d’une injection expérimentale, d’une thérapie génique sur laquelle nousn’avons aucun recul à court, moyen et long terme. Qui a déjà causé près de 4 millions d’effets secondaires dont la moitié graves et 41834 décès rien qu’en Europe (données EudraVigilance au 15/03/2022).
Nous voulons informer, alerter, encourager chacun à son niveau et dans la limite de ses possibilités, à fairepression pour annuler cette décision honteuse, la suspension sans salaire, cette décision indigne de notre beaupays, berceau des droits de l’homme, des libertés et de la fraternité. Cette loi du 5 août 2021, que personnen’aurait crue possible ni même imaginable, cette loi honteuse doit tout simplement être abrogée et nous devons pouvoir retrouver nos emplois.

Tenez-vous informé de nos publications

inscrivez-vous à notre newsletter

Votre inscription est enregistrée Oups! un problème est survenu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.